Les réponses de Loïc à vos questions

 

Le Yoga est il dangereux? Quelles précautions nécessite la pratique du Yoga? 

 

Le yoga n'est pas dangereux si on  le pratique en respectant quelques conditions en prenant quelques précautions et en étant guidé par un professeur compétent.

Capacité   à effectuer des exercices gymniques et  absence de troubles psychologiques graves sont les deux  conditions pour pratiquer le yoga.  

La pratique du yoga peut faire apparaître des tensions corporelles et émotionnelles qui généralement se résorbent d'elles même. Comme toute activité physique le yoga comporte des risques de blessure qui ne peuvent être complètement éliminés, même s'ils sont très faibles.  

Enfin une séance de yoga n'est pas un substitut à une consultation médicale, ni à une consultation psychologique, ni à une séance de kinésithérapie ou d’ostéopathie.

Chaque participant doit s'engager à  assumer  la pleine responsabilité pour sa santé et son bien-être, en respectant ses limites tout en explorant ses capacités consciemment et en douceur pendant les séances de yoga.

Il doit se rappeler que la pratique du yoga dans le respect des Yamas et des Niyama ( non violence, écoute du corps et du mental, désir d'apprendre, pratique avec ardeur, oubli de l'ego, contentement, etc.)  ne présente pas de risques  mais que l'oublie de ces règles de bonne pratique peut conduire à des tensions ou même exceptionnellement à des blessures. 

Le participant doit signaler au professeur tout problème particulier chronique ou passager  (scoliose, pieds plats, hypertension, hypertrophie de la thyroïde, prothèse du genoux, prothèse de la hanche, opération ou blessure récente, insomnies, troubles de l'équilibre,  etc…) ainsi qu’une grossesse.  

Pendant les séances de yoga, on ne doit  jamais forcer et toujours rester en deçà du seuil de douleur  y compris lors des corrections effectuées par le professeur et ce quelque soit la simplicité apparente de la posture ou de la correction.

On sera particulièrement délicat avec les genoux qu il ne faut absolument pas forcer dans les positions de type lotus Padmasana.

De façon générale on ne forcera jamais les postures et l'on s’arrêtera toujours en deçà du seuil de douleur. Par exemple si l'on soufre de problèmes de disques intervertébraux aux niveaux des vertèbres lombaires et  sacrée (tassements, réduction du canal, douleurs"sciatiques") , on limitera l'intensité des flexions de type Paschimotasana en gardant le dos concave sans forcer l'allongement ni la cambrure de la colonne vertébrale au niveau lombaire.  

Si pendant une séance de yoga, un participant ressent une douleur en prenant une posture, il doit immédiatement  revenir en arrière. S'il ressent une douleur lors d'une correction effectuée par le professeur, il doit immédiatement demander au professeur  d’arrêter  la correction et de l'aider à revenir en arrière.

Si pendant une séance un participant a de l' appréhension face à telle ou telle  posture qui lui est montrée, ou ne se sent pas capable de la faire,  il doit renoncer à faire cette posture durant cette séance. S'il a de l' appréhension ou ne souhaite pas une correction que le professeur fait sur les élèves, il doit demander au professeur de ne pas l'effectuer sur lui.

Par ailleurs il est recommandé de ne pas faire de yoga dans les cas suivants :

1.     Emprise de l’alcool ou de stupéfiants

3.     Maladie avec état fiévreux

4.     Forte fatigue 

5.    Après un gros repas 

Il ne faut pas hésiter à se désaltérer selon ses besoins pendant les séances.

Si à un moment donné, on sent que la séance est trop intense ou trop rapide pour soi, on n'hésite pas à interrompre les exercices et à ne les reprendre que si l'on se sent suffisamment reposé et capable de continuer.

Les risques et les précautions ci dessus se retrouvent sous forme d'attendus ou d'engagements dans le dégagement de responsabilité que signent les participants aux séances de yoga.

 

J’ai eu des blessures, j'ai des problèmes physiques, puis je faire du yoga? Le yoga peut il m'aider?

 

Oui, sauf contre-indication médicale concernant toute  activité gymnique ou contre indication concernant certains types de postures ou de mouvements, vous pouvez faire du yoga et le yoga va vous aider.

Le yoga est réputé depuis des millénaires pour ses effets thérapeutiques. La première série du Yoga Ashtânga s'appelle d'ailleurs série thérapeutique, et l'un de ses premiers effets est de redresser le dos.

En cas de problèmes physiques récents ou anciens, dans des cours collectifs le professeur vous indiquera les postures à éviter et soulignera celles qui sont favorables à votre cas.

Par exemple si l'on soufre de problèmes de disques intervertébraux aux niveaux des vertèbres lombaires et sacrée (tassements, réduction du canal, douleurs"sciatiques") , on limitera l'intensité des flexions avant de type Paschimotasana en gardant le dos concave sans forcer l'allongement ni la cambrure de la colonne vertébrale au niveau lombaire.  

Si l'on soufre des genoux (ménisque, ligament interne) on ne forcera jamais la flexion des genoux et on ne croisera pas les jambes en lotus, on restera en tailleur. 

Des cours particuliers ou du coaching permettent d'adapter exactement la pratique à la résolution de vos problèmes.

 

Intéressée par les cours de yoga, je voudrais en savoir plus sur les postures. En effet j'ai une petite scoliose sans gravité mais je me demande s'il faut éviter tout ce qui est posture inversée, penchée en avant ou en arrière et torsions car j'ai lu que ça pouvait aggraver la scoliose...qu'en pensez-vous?

 

 

En ce qui concerne les contrindications,  la "bible" sur le sujet est le livre de BKS Iyengar   "YOGA the path to holistic health » . Dans le cas de scoliose il recommande d’éviter les flexions avant intenses de type Uttanasana Padohastasana, etc.. Les positions inversées, flexions arrières, flexions avant jambes écartées et les torsions peuvent être pratiquées, mais il faut veiller à rétablir l’alignement et la symétrie.

 

Puisque la scoliose est un état asymétrique avec un cote convexe et l'autre cote concave , il convient de la traiter asymétriquement en demandant aux pratiquants qui ont une scoliose de faire la pose du côté plus faible plus difficile de façon intense (tout en restant en deçà du seuil de douleur bien sur)  pour  renforcer les muscles spinaux particuliers du côté convexe qui sont nécessaires pour aider avec la réduction de courbure. Du cote « facile » par contre on se limite et on ne va pas au delà de ce que  l’on a pu faire du coté difficile.

 

 

 

Les clefs d’une pratique du yoga qui ne détériore pas et qui corrige même un déséquilibre une dissymétrie  résident dans  la nécessité de se muscler de façon symétrique,  de développer des muscles profonds tendus et solides et surtout  d'avoir conscience de son corps, d' avoir une bonne  écoute intérieure, de toujours respecter la limite du seuil de douleur, de  respecter toutes  ses perceptions , de pratiquer "au feeling".

 

Faut il  arrêter le yoga pendant les règles? 

 

L'enseignement traditionnel recommande de ne pas pratiquer le premier jour des règles. Les modernes n'observent pas tous cette recommandation. Il est recommandé toutefois d’éviter les postures inversées et les fortes compressions du ventre.  

Par ailleurs que ce soit en période de règle ou pour toute autre raison, il faut éviter de pratiquer si l'on est fatigué, fiévreux ou souffrant et reprendre progressivement  lorsque l'on sent l’énergie revenue.

 

Les personnes âgées peuvent-elles pratiquer le yoga? 

 

Le yoga  procure  des  bénéfices importants aux personnes âgées. Les maîtres yogis pratiquent toute leur vie et ont en général des longévités exceptionnelles.

Le yoga  aide les personnes âgées à maintenir  la qualité de la stature, de la marche, de la respiration, de la circulation sanguine, de la souplesse et de la tonicité. Certains élèves ont débuté le yoga très tard ou pratiquent bien au delà de 80 ans.

Des cours spécifiques sont recommandés aux personnes âgées qui ont une autonomie limitée. Pour participer à des cours de yoga collectifs il est en effet nécessaire que les personnes puissent entendre, comprendre et mémoriser les consignes.

 

Le yoga  est-il conseillé pour les femmes enceintes ?

 

En cas de grossesse il convient  d'informer son professeur de yoga: certaines postures comme celles qui compriment le ventre seront à éviter et votre professeur vous les signalera. Votre professeur vous conseillera comment adapter les postures et  vous proposera des alternatives.

Si vous pratiquez déjà le yoga au début de votre grossesse vous pouvez continuer à faire du yoga pendant  la grossesse et le yoga vous aidera à vous maintenir en bonne forme durant cette période particulière. Toutefois, dans les cas  où le médecin demande l'inactivité (le plus souvent pendant le premier trimestre), on limitera le yoga à des exercices de pranayama (respiration).

Si vous n'avez pas pratiqué avant la grossesse vous pouvez  opter pour des séances de yoga prénatal. Vous pouvez tout aussi bien rejoindre un cours collectif en indiquant votre état au professeur pour qu'il puisse évaluer vos besoins et veiller à ce que vous démariez progressivement.

Le yoga aide votre corps et votre mental à se maintenir en bonne forme durant cette phase  particulière bien connue pour ses petits maux. Les  bénéfices ne sont pas négligeables: détente, soulagement des petits maux de la grossesse, préparation à l'accouchement. Le yoga  participe en effet à la préparation physique et respiratoire à l'accouchement notamment par le travail sur le souffle,  l'ouverture du bassin et la tonicité musculaire.

Après l'accouchement le yoga vous aidera à ré-éduquer le périnée et à récupérer plus rapidement votre silhouette,  votre tonicité et votre bien être personnel.

 

Ce sont surtout des femmes qui pratiquent le yoga. Les hommes aussi peuvent-ils faire du yoga ?


Oui bien sur, le yoga est recommandé aux hommes et aux femmes, jeunes ou âgés, en pleine santé ou dans le cadre de certaines rééducations. 

Certes les femmes sont souvent naturellement plus souples et les hommes plus forts mais la pratique du yoga va peu à peu rétablir l'équilibre global en respectant votre morphologie et votre tempérament  propres tout en développant énergie, tonicité et souplesse.

Le yoga est bénéfique pour les sportifs aux niveaux physique, respiratoire et mental.

 

Faut il être souple pour faire du yoga?

  

La souplesse "naturelle"  n'est pas la même pour tous, la force musculaire non plus. La souplesse "naturelle" facilite les choses au début de la pratique du yoga et facilite des "progrès" plus rapides chez ceux qui pratiquent régulièrement. Mais la souplesse basée sur l'efficacité des muscles profonds et "alimentée" par la respiration, s'acquiert peu à peu à force de pratique et de patience. 

 

Faut-il être bouddhiste, hindouiste pour faire du yoga? Le yoga est il lui même une religion?  

 

Non, le yoga  ne constitue pas une religion. Notre enseignement du yoga ne présuppose et n'induit aucune croyance.

Le yoga c'est un ensemble de techniques psycho corporelles de déconditionnement visant au bien-être.  Le yoga moderne est tout à fait laïque et compatible avec la culture occidentale. 

Les effets du yoga sont par ailleurs pour la plupart validés de façon rationnelle, scientifique. 

  

Faut il être végétarien? faire abstinence? mener une vie monacale?  

 

Le yoga que nous enseignons  n'impose aucun régime ni aucun style de vie.  Le yoga est plus efficace lorsqu'il est associé à une bonne hygiène de vie.

  

A quelle fréquence devrais-je pratiquer le yoga ?  

 

La tradition recommandait de pratiquer 6 fois par semaine. 

" Selon que la pratique est faible moyenne ou intense il y a une différence"  dit Patanjali.

Avec un cours par semaine on peut acquérir des techniques de base et ressentir les premiers bénéfices.

Pour une "bonne" efficacité c'est à dire une progression soutenue et des résultats importants, nous recommandons une pratique régulière avec deux voire trois séances par semaine et quelques étirements simples à faire chez soi les autres jours. 

 

Le Yoga Ashtanga est souvent critiqué, pourquoi?

 

Pour ses détracteurs  le Yoga Ashtanga est trop sportif, répétitif, exigeant  et fatigant. Une pratique régulière excessive  à raison de 6 séries complètes par semaine ou plus,  peut en effet entrainer fatigue et perte de poids excessive.
Les exigences d' ascétisme (hygiène de vie, pas de consommation d'alcool ni de viande, abstinence sexuelle, réduction drastique des besoins matériels) préconisées par certaines écoles ( pas la notre)  sont  excessives et inappropriées pour une vie dans le monde, dans la société moderne en dehors des monastères.
 

Une séance Yoga Ashtânga est elle une séance de cardio?

 

Oui une séance de Yoga Ashtânga qui est dynamique, sollicite l'activité cardiaque avec une accélération du rythme cardiaque pendant les postures où l'on se redresse et où l'on se fléchit vers l’arrière comme les salutations au soleil en début de séance. Cette accélération reste néanmoins modérée. 

Les postures avec la tête plus basse que le cœur comme les flexions avant de type "chien tête en bas" et les postures inversées de fin de séances au contraire contribuent au ralentissement des rythmes cardiaques et respiratoires et au calme du système nerveux . 

  

Le Yoga Ashtânga donne-t-il des courbatures?

 

Après les premières séances, la plupart des personnes en particulier celles qui ont peu d'activité physique peuvent effectivement ressentir des courbatures. Au bout de quelques séances il n'y a plus  de risque de courbatures.

Durant les premiers cours, il est recommandé de ne pas faire toutes les postures, pour limiter le risque de courbatures.

Une bonne pratique de la respiration Ujjayi pendant la séance puis le traitement par la chaleur (bain, douche, sauna) après la séance constituent respectivement une bonne  prévention et un bon remède contre ces courbatures. 

 

Quand vais-je ressentir les premiers bienfaits de la pratique du yoga?

 

L'amélioration de la respiration et de la mobilité ainsi qu'une certaine diminution du stress peuvent venir rapidement. La souplesse, la tonicité, l'évolution de la silhouette, l'amélioration de la paix intérieure nécessitent plusieurs mois de pratique régulière et sont d'autant plus rapides que le yoga est associé à une bonne hygiène de vie.  

 

Les effets bénéfiques du yoga sur la santé sont ils reconnus par la médecine ?

Oui en partie...Lire plus