Les effets bénéfiques de la méditation

La méditation n'est pas une pratique religieuse ou superstitieuse, c'est une technique reconnue scientifiquement qui a des effets bénéfiques documentés. Elle est popularisée par les ouvrages de John Kabat Zinn, Chrsitophe André et Mathieu Ricard. Elle est un des huit "Anga" (composants) du yoga. Elle est enseignée entre autre dans beaucoup de cours de yoga. Effets de la méditation sur le cerveau, changements de comportements, améliorations de l'humeur, utilisation thérapeutique de la méditation sont parmi les thèmes abordés dans l'article ci-dessous.

Loïc

__________________________________________________________________________________________

http://www.mindfulness-paris.fr/mattiew-ricard/

Les effets de la méditation sur le cerveau

Les réponses à un questionnaire montrent des améliorations significatives par rapport aux réponses avant la participation au programme. L’analyse des images IRM, qui a porté sur les zones liées à la méditation, ont montré des différences par rapport aux études antérieures. Les chercheurs ont trouvé une augmentation de densité de la matière grise dans l’hippocampe, connue pour être importante pour l’apprentissage et la mémoire, et dans les structures associées à la conscience de soi, la compassion et à l’introspection. Des participant ont signalé des réductions de stress, ce qui a été corrélée par une diminution de la densité de matière grise dans l’amygdale, qui est connue pour jouer un rôle important dans l’anxiété et le stress. Bien qu’aucun changement n’ait été observé dans une structure liée à la conscience de soi, appelée l’insula, et qui avaient été identifiés dans des études antérieures, les auteurs suggèrent que la pratique de la méditation à plus long terme pourraient être nécessaire pour produire des changements dans ce domaine. Aucun de ces changements n’a été observé dans le groupe témoin, indiquant qu’ils n’étaient pas liés au temps.

Amishi Jha, PhD, un neuroscientifique de l’Université de Miami qui enquête sur les effets de la méditation sur des individus soumis à des situations de stress élevé, explique: «Ces résultats mettent en lumière les mécanismes mis en œuvre dans le cadre de la méditation. Ils démontrent que le stress peut non seulement être réduit avec un programme de 8 semaines de méditationmais que ce changement correspond également à des changements structurels dans le cerveau. L’original du présent article peut être consulté sur eurekalert.org

Matthieu Ricard parle science et méditation

La méditation modifierait le comportement. C’est en tout cas sur ce thème que portent les recherches de Matthieu Ricard et d’autres de ses confrères du Mind and Life Institute.

Depuis l’an 2000, le bouddhiste français Matthieu Ricard vient régulièrement dans les laboratoires de l’université du Wisconsin comme chercheur et cobaye pour le compte du Mind and Life Institute. Sous l’impulsion du Dalaï-Lama, cet organisme favorise les rapports entre le bouddhisme et la science.

Grâce à des électrodes placées sur le crâne d’adeptes de la méditation et reliées à un électroencéphalogramme, les chercheurs ont montré que la pratique de la méditation pouvait induire des modifications cérébrales durables. Les résultats de la première partie d’une étude sur les effets de la méditation sur le cerveau ont été publiés dans les Comptes rendus de l’Académie des sciences américaine PNAS et repris dans un article du journal suisse Le Temps. Les études montrent que la méditation pouvait avoir des effets bénéfiques à long terme sur la stabilité émotionnelle et, par conséquent, sur des désordres comme l’anxiété et la dépression majeure.

Par ailleurs, « l’analyse des résultats a montré que la méditation active stimule une zone du cerveau impliquée dans l’autorégulation (le cortex cingulaire antérieur) et améliore l’humeur, même pour les débutants. Les méditants arrivent à produire, pendant leur pratique, des oscillations rapides dans les fréquences dites gamma. Ces ondes reflètent en effet la cohérence de l’activité cérébrale et sont détectées pendant des états d’attention soutenue ou pendant l’activité consciente », explique Le Temps. (On peut noter que la production d’ondes gamma témoigne d’une activation exceptionnelle de neurones, telle qu’on la rencontre pendant les processus de création et de résolution de problème).

Ainsi, au cours de l’expérience, les chercheurs ont remarqué une augmentation exceptionnelle des rythmes gamma dans le cortex frontal. « Cette région sous-tend des fonctions mentales complexes, comme la pensée abstraite, la capacité d’apprentissage, mais aussi les actions volontaires« , commente Antoine Lutz, docteur en neurosciences cognitives et responsable de la recherche. Les différences sur le plan cérébral indiqueraient que la méditation favorise la concentration et la réflexion de manière plus objective par rapport à soi.

Mais ce ne serait pas la seule zone concernée, l’étude montrant une activation des aires pariétales, suggérant ainsi une « synchronisation à longue distance entre ces zones. La méditation générerait donc une forte coordination entre plusieurs régions du cerveau« , écrit le journal suisse. Ces résultats montrent que ces personnes réfléchiraient sur elles-mêmes de façon plus objective.

Cette cohérence de l’activité cérébrale repose probablement sur une réorganisation des connexions cérébrales. » Donc, une réorganisation du cerveau due à un entraînement mental.

Au demeurant, les premiers résultats « ouvrent déjà des perspectives d’application dans des domaines comme les déficits d’attention et les problèmes d’anxiété« . D’ailleurs, aux Etats-Unis, « la méditation est quotidiennement utilisée dans 200 hôpitaux pour la gestion du stress. Par exemple, dans les phases terminales du cancer« , indique le Dr Lutz.

D’après ce scientifique bouddhiste, l’étude a prouvé qu’une personne entraînée à la méditation « pouvait modifier durablement sa plasticité cérébrale ». « Est-ce dû à un renforcement des connexions existantes ou à la constitution de neurones ? Nous ne le savons pas. Ce qu’on peut dire, c’est que le cerveau se modifie grâce à un enrichissement intérieur et volontaire, et ce à l’âge adulte. »

Il ajoute que « l’important est de montrer les changements que peut induire la méditation et de mettre à disposition de la société cette technique qui peut être utilisée en tant que telle, sans aucun objectif religieux. » Des expériences d’application de la méditation sont déjà en cours à l’heure actuelle : sur des enfants hyperactifs en Californie et, par ailleurs, auprès de 150 professeurs américains afin d’évaluer leurs changements après trois mois de pratique. Du reste, « on pourrait envisager d’ajouter l’équilibre émotionnel au programme des écoles, en utilisant la méditation », conclut Matthieu Ricard.

« Le bouddhisme ne fait pas de prosélytisme », commente Matthieu Ricard. « Mais si la science confirme que l’entraînement de l’esprit permet de cultiver les qualités humaines fondamentales et que des interventions comme les thérapies cognitives basées sur la pleine conscience (MBCT) permettent de réduire les troubles mentaux et augmenter les comportements pro-sociaux, cela permet d’offrir, de façon purement séculière, une contribution valable à la société. Rien qu’en 2011, plus de 350 articles scientifiques ont fait état du fait que la ‘réduction du stress par la pleine conscience’ (MBSR) non seulement réduisait le stress mais avait des nombreux avantages cliniques ».

Selon une étude, la méditation améliore le fonctionnement du système immunitaire

Pour la première fois, on a démontré que la méditation pouvait produire des changements favorables et durables dans le fonctionnement du système immunitaire aussi bien que de l’activité électrique du cerveau, selon une étude de la University of Wisconsin-Madison. L’étude consistait à suivre un groupe de 25 employés d’une société située dans la région de Madison, au Wisconsin, qui avait entrepris un programme d’entraînement à la méditation d’une durée de huit semaines.

À la fin des huit semaines, on administra une injection contre la grippe aux employés ainsi qu’à un groupe de 16 autres employés qui n’ont pas suivi l’entraînement à la méditation.

En moyenne, le méditant avait une augmentation de 5 % dans le niveau des anticorps, mais certains avaient des augmentations allant jusqu’à 25 %, affirma Davidson.

Plus important encore, le niveau des anticorps augmentait de façon directement proportionnelle à l’augmentation de l’activité cérébrale, a-t-il dit.

Des électroencéphalogrammes (EEG) ont été utilisés pour mesurer l’activité cérébrale. Les chercheurs ont trouvé que ceux qui avaient pratiqué la méditation affichaient environ 50 pour cent de plus d’activité électrique dans les régions frontales gauches de leur cerveau. D’autres recherches ont montré que cette partie du cerveau est associée aux émotions positives et à la réduction de l’anxiété.

Une autre étude datant de 1995 publiée dans le British Journal of Sports Medicine a démontré chez un petit groupe de coureurs, que la méditation pouvait supprimer les effets aigus et négatifs d’un exercice ardu sur le système immunitaire.

 

Pour en savoir plus:

http://www.pnas.org/cgi/content/full/101/46/16369  

 

James Carmody, Ph.D., de l’Université du Massachusetts Medical School, est l’un des co-auteurs de l’étude, qui a été soutenue par le National Institutes of Health, la British Broadcasting Company, et le Mind and Life Institute. D’autres informations sur les travaux de l’équipe de Lazar sont disponibles à l’http://www.nmr.mgh.harvard.edu/ ~ Lazar /.

 

Le Massachusetts General Hospital, qui a été fondé en 1811, est un hôpital d’enseignement original et le plus important de la Harvard Medical School. Le MGH dirige le plus important programme de recherche en milieu hospitalier aux États-Unis, avec un budget de recherche annuel de près de  700 millions de dollars. Il est un centre de recherche majeur dans la lutte contre le SIDA, la recherche cardio-vasculaires, le cancer, la biologie computationnelle et intégrative, la biologie cutanée, la génétique humaine, l’imagerie médicale, les troubles neurodégénératifs, la médecine régénérative, la biologie des systèmes, la biologie de la transplantation et la photomédecine.

 

Sources:

France-Amérique.com > Culture > Événement   Anaïs Digonnet   17 octobre 2012

Méditation France   Elizabeth Berthou

UdeMNouvelles Université de Montréal  Lundi, 21 Mai 2012 09:00 Journal FORUM  Marie Lambert-Chan

Les infos d’Isis 24 Jan 11 Santé – Bien être

Rigpa Antoine Lutz,  Lawrence L. Greischar ,  Nancy B. Rawlings ,  Matthieu Ricard  and Richard J. Davidson, ‘Long-Term Meditators Self-Induce High-Amplitude Gamma Synchrony During Mental Practice’.

Biosanté Menu par John Fauber Milwaukee Journal Sentinel

Écrire commentaire

Commentaires : 0