Bastrika pranayama

 

Bastrika désigne le soufflet de forge. Comme le soufflet attise le feu,   Bastrika Pranayama attise le feu  du ventre et le feu énergétique dans la colonne.

 

"A l’instar du forgeron qui agite son soufflet rythmiquement, il faut faire mouvoir l’air en un mouvement vif d’inspir et d’expir, à intervalles réguliers, et par les deux narines alternées. Après avoir fait vingt cycles consécutifs, on pratique la rétention.  A la fin de cette rétention on répète ces frictions d’air comme indiqué précédemment"

 

 

Bastrika abdominale

 

Bastrika s'effectue dans une posture assise classique stable et confortable comme le lotus. On met en place la contraction continue mula banda . Les mains sont paumes sur les genoux ou vers le ciel; l'extrémité de la langue est retournée venant appuyer sur la partie molle du palais (mudra kechari) , les yeux sont fermés convergents(shambavimudra) le troisième œil  ajna.

 

L’attention  se porte sur la zone de l’abdomen zone  seule concernée par la technique. Bastrika n’est pas une respiration complète, la poitrine et les clavicules ne participant pas au mouvement. Aussi bien pour l’inspiration que pour l’expiration, c’est le ventre qui guide le mouvement, la poitrine restant aussi immobile que possible.

 

L'inspiration est  forte et  profonde; elle se fait  en gonflant bien le ventre, la poitrine restant inerte.  La sensation à l’inspiration est celle d’une aspiration de l’air par le ventre qui en se gonflant crée une dépression qui attire l’air. La durée de l’inspiration est de l'ordre d'une demie seconde .

 

L'expiration rapide forte profonde se fait en comprimant le ventre, lapoitrine restant inerte. C’est le ventre qui en se comprimant chasse l’air hors du corps. Cette expiration dure aussi de l'ordre d'une demie seconde. 

 

Inspir et expir s'acompagnent d'un  ujjayi  . Un mantra  accompagne la respiration et permet fixer les pensées (Ham pendant l'inspir Sa pendant l'expir).   Pendant bastrika on visualise le souffle qui monte dans la colonne à l’inspir et redescend à l’expir.

 

On maintiendra  la respiration bastrika pendant le temps souhaité:  une ou deux minutes  au début, puis lorsqu’on en a une connaissance plus approfondie, on peut maintenir la techniques plusieurs minutes.  A la fin d'une série,  on fera kumbaka  une rétention  à plein entre trente secondes et une minute.

 

C'est donc sur la fin d’une inspiration qu'on retiendra son souffle (kumbaka) en rétention pleine. Cette rétention s’accompagne des 3  contractions   Jalandara bandha contraction de la gorge en rentrant le menton dans le sternum  mula-bandha (contraction puboccocigienne) et   Udyana bandha la contraction de lanus .

 

Un  mantra rythme la rétention (mantra OM pour la rétention a plein ( Hrîm pour la varaiante retention à vide).

 

 Lorsque la perception du rythme imprimé par le mantra s’efface lorsque la volonté de ne pas respirer prend le dessus, la rétention doit cesser.

 

On maintiendra  ensuite l’attention sur le rythme du souffle jusqu’à ce que la respiration se soit complètement apaisée, puis on entamera  éventuellement un nouveau cycle. . On répètera  ainsi autant de cycles que désirés (jusqu à 5 cycles) avant de cesser la technique à la suite d’une rétention à poumons pleins.

 

Bastrika provoque une hyperventilation. C’est donc un exercice à manipuler avec précaution, surtout au début. On rejette d’importantes quantités de CO2 pendant les expirations. La rétention qui suit, permet de rétablir le niveau normal de CO2 dans le corps. Entre temps, la respiration cellulaire a été accélérée, ce qui produit une revitalisation de l’organisme.

 

Grande pratique de santé, bastrika équilibre les différents composants du corps décrits par la médecine ayurvédique (vatta : vent, pitta : feu, kapha : eau).  Sa pratique apporte bien-être et vigueur. Bastrika est une technique tonifiante et régénératrice.

 

Bastrika tonifie toute la sphère abdominale, stimule les organes internes du ventre notamment les ovaires, la prostate et les intestins. Elle améliore ainsi les processus d’assimilation et d’élimination.  Elle renforce l'immunité. Sa pratique apporte bien-être et vigueur.

 

Bastrika active la régénération des cellules. On dit qu’elle fait disparaître rides et cheveux gris  qu’elle redonne la jeunesse.  C'est une pratique de purification qui renforce le système immunitaire, stimule et entretien la vue. 

 

Bastrika c'est la purification des énergies du feu. Bastrika purifie les nadi de façon considérable. C’est le plus bénéfique des techniques de rétention du souffle. Bastrika réveille l'énergie kundalini . Bastrika établit un profond courant de prana le long de sushuna (axe vertébral) favorisant la circulation des énergies et la résorption des tensions.

 

Le lien très fort qui s’établit dans la phase de respiration rapide entre le mouvement du corps, le rythme rapide du souffle et la répétition incessante du mantra au niveau des pensées permet de stopper l’ensemble (soufle mouvement, pensées) lors de l’arrêt de la respiration. Il est alors possible de rentrer dans une forme de concentration tout à fait particulière car non parasitée par le mouvement, la respiration ou les pensées.


Tout le secret de la technique Bastrika réside dans la capacité que l’on a de lier parfaitement le mouvement, le souffle et le mantra dans la phase respiratoire. C’est l’intensité et la qualité de ce lien qui détermine les possibilités de la phase de rétention.

 

Variantes

Rythme plus lent

Respiration par une seule  narine à la fois

Rétention à vide:  dans ce cas c’est à la suite d’une expiration que l’on retient son souffle.

Bastrika thoracique

 

Bastrika thoracique

 

Une fois assis dans une posture assise stable et confortable comme padmasana, on portera l’attention sur la poitrine. C’est cette zone qui est seule concernée par la technique. Le ventre est aussi immobile que possible.  Dans la version précédente, le mouvement respiratoire était guidé par le ventre, dans cette version il est guidé par les bras qui prennent la position suivante:  appliquer la paume de la main droite ouverte sur la poitrine (au niveau du plexus cardiaque) et plaquer la main gauche également ouverte sur la main droite. Les coudes sont collés le long du corps au niveau des côtes.

 

Sur l'inspiration, les coudes s’écartent du corps mais en restant dans l’axe qu’ils avaient au repos (on doit pouvoir tracer une ligne droite qui joint les deux coudes en passant par la poitrine). Les coudes ne partent donc pas vers l’avant, mais uniquement vers le haut. Les mains s’écartent l’une de l’autre mais restent plaquées contre le corps (pratiquement, elles pivotent par rapport aux pouces).

 

 Sur l’expiration, les coudes redescendent pour venir frapper les côtes, les bras se plaquent à nouveau le long du corps.

 

Bastrika thoracique c'est la purification du chakra du cœur, des émotions, de l'émotivité, de l'anxiété. Bastrika débloque les tensions nerveuses. Excellent pour lutter contre la spasmophilie. Favorable aux asthmatiques.

 

 

Variantes de bastrika thoracique :

Par une seule  narine à la fois

Rétention a vide