Le yoga: des pratiques  et des doctrines diverses

Pour la plupart de nos contemporains le yoga est vu comme une  pratique basée sur des postures plus ou moins acrobatiques parfois associées à la méditation, permettant de se sentir mieux voire  d'améliorer sa santé  ( Voix,  Kock, Sergent ) .

 

Le yoga est aujourd’hui le nom générique d'une  grande variété de pratiques de développement individuel basées sur diverses techniques psycho-corporelles qui comprennent  effectivement les postures et la méditation mais ne sont pas limitées à ces deux composants :  certains yoga comprennent jusqu’à une quinzaine de pratiques .  Mais le yoga désigne aussi  un ensemble de doctrines. Ces doctrines  étaient intégrées aux  philosophies, aux mythes et aux religions de l' Inde ancienne  puis elles ont évolué, se sont enrichies d'apports extérieurs et se sont  diversifiées sen Inde et ailleurs dans le monde (Sergent, Samuel, Madsen). De telles doctrines sous tendent plus ou moins les pratiques contemporaines.  Le yoga désigne enfin  l'objectif de ces pratiques: le bien-être, la santé, la libération de la  la souffrance ou l'union avec l'universel voire avec le divin. (Sergent, Samuel, Madsen) .  Le  même signifiant  linguistique  yoga (3) s'applique donc à une grande variété de pratiques et à une diversité étonnante de doctrines anciennes et contemporaines auxquelles il faut ajouter depuis la fin du XXe siècle des  écoles, des cours, des formations, des stages, des rassemblements, des compétitions, des thérapies, du matériel, de la musique, des livres, des vidéos, de la nourriture, des boissons, des vêtements, des styles, des marques, un secteur economiquee, un esprit, estampillés "yoga". Des liens  plus ou moins solides entre doctrines,  pratiques  et  activités connexes  constituent le réseau ( le web )  mondial du yoga contemporain.

 

Le mot yoga est la contraction du vieil indien yauga substantif formé à partir de la racine sanskrite yuj ( youdj ), dont le sens  est mettre sous le joug, atteler, lier. ( Sergent,  Whitney) .

 

Dans les textes anciens et contemporains le mot yoga prend  des sens différents:   unir , réaliser l'état d' unité,  fixer l'esprit,  mettre en action (X ),  mettre l'esprit au repos (Patanjali). Il peut aussi être synonyme d'action désintéressée, d'acquisition du savoir véritable, d' indifférence au plaisir ou à la souffrance, d'addition ( en  arithmétique ) ou de conjonction  (en  astronomie ) (X, Banerji).

Le yoga a sans cesse évolué. Il s'est enrichi s'est diversifié s'est transformé  au cours des siècles, s'adaptant à des cultures, à des religions, à des modes de vie, à des niveaux de connaissance différents et s'ouvrant au monde non -indien, aux laïques et aux femmes. Il s'affirme aujourd’hui au niveau mondial sous la forme de pratiques de développement individuel basées sur des techniques psycho-corporelles, sous-tendues par différentes philosophies visant la délivrance de la souffrance.

 

Les sens du mot ne  facilite pas une définition du yoga regroupant de façon cohérente et exhaustive des pratiques,  des objectifs et  des philosophies diverses souvent contradictoires qui se sont développées depuis l'Inde ancienne jusqu'à la mondialisation contemporaine.

 

Les multiples définitions du yoga que l'on trouve dans la littérature traditionnelle scientifique ou spécialisée  restent partielles et fortement influencées par l'expérience personnelle et les conceptions scientifiques, épistémologiques,  philosophiques, religieuses ( ou laïques  ) et politiques de leurs auteurs. On trouve  néanmoins des tentatives d'identification de traits communs à diverses formes de yoga. Mais les valeurs objectives des effets de la pratique du yoga et les valeurs  symboliques  qui sont attribuées au signifiant yoga diffèrent fondamentalement avec les époques les lieux les cultures les sociétés qu' il traverse.      

 

Dans la pensée indienne  il s 'agissait d'unir dans un même attelage le yogin  ( le  pratiquant de yoga )  à l'âme universelle  qui a pu être identifiée au dieu Brahma  à l'être cosmique Purusa ou à d'autres représentations (Sergent). L' objectif du yoga serait la délivrance de la souffrance par "l'unification" de l'être humain dans ses aspects corporels, psychiques et spirituels ainsi que dans sa relation au reste du monde. De fait le yoga s'affirme aujourd’hui au niveau mondial sous la forme de pratiques de développement individuel basées sur des techniques psycho-corporelles, parfois sous-tendues par des philosophies dont certaines visent la délivrance de la souffrance.

 

Dans beaucoup de définitions du yoga , on trouve  le terme  " état d'unité "   qui serait l objectif du yoga que l on pourrait atteindre par diverses voies diverses formes de yoga. Selon les  différentes philosophies du yoga cet état d'unité  prend des significations variables. Il peut s'agir de  l'unification ou simplement de la pacification dans l'être humain de ses composantes duales dont les oppositions sont génératrices de souffrances: corps et esprit, masculin et féminin, énergies sympathiques et parasympathiques,  soi et reste du monde, conscience et manifestations, objet et sujet. Il peut aussi être question  de "mise au repos" pour définir le yoga comme l’arrêt des perturbations du mental ( yogashschittavrittinirodhah ) selon le second aphorisme des Yoga Sutra de Patanjali (Maset ) codifiant une mtaphysique du yoga au début de l'ère courante et repris par bien des écoles contemporaines (2).

 

Les formes les plus anciennes du yoga impliquaient un renoncement au monde associé à une recherche intérieure silencieuse et ardente. Plusieurs traditions du yoga perpétuent des formes d'ascetisme.

 

Les rituels du yoga védique se basaient sur des conceptions philosophiques et religieuses surtout polythéistes mais pour certaines ( en fin d'époque védique ) monothéistes ou même non-dualistes . Avec le développement de son arsenal de techniques physiques et mentales le yoga s'est retrouvé associè à une métaphysique non-dualiste décrite dans les Upanishads (3). Toutes les écoles de pensée du yoga Indien reposent sur cette idée de non-dualité à l'exception unique mais importante de l' école du yoga classique de Patanjali qui enseignait une métaphysique dualiste avec deux principes irréconciliables d'une part l' Esprit ou le Soi ( purusha ) et d'autre part la Nature ou le Cosmos ( prakriti ). Pour Patanjali l'objet du yoga était de soustraire l'Esprit à son engagement dans les manifestations de la Nature.

 

 

Les différentes philosophies du yoga qu'elles soient dualistes ou non dualistes partagent le principe que l'être humain peut développer ses capacités, se débarrasser d'automatismes d'action et de pensée, se libérer d'états générateurs de souffrance ( dukha ) pour progresser vers cet état d'unité où sa conscience est en harmonie avec les manifestations qu'il perçoit, où il fait un avec la vie en acceptant sans souffrir que tout change et se modifie (2). Le but ultime du yoga n'est pas simplement un état de conscience modifié . Il est  au delà des étapes du yoga nommées samadhi qui désignent des états d'extase : le but ultime du yoga c'est la libération la suprême liberté kaïlvalya (4).

  

Les pratiques contemporaines du yoga reposent essentiellement sur le hatha yoga . Elles sont basées avant tout sur les postures ( asanas ) auxquelles elles associent plus ou moins selon les écoles des exercices de respiration,  de la concentration et de la méditation.  L 'approche d'états de conscience modifiés ( extase samadhi  ) sont à l'agenda de plusieurs formes  de yoga contemporains (tantra kundalini natha hatha nidra...) alors que la recherche de pouvoirs extra-ordinaires ( marcher sur le feu, ralentir ou meme arreter son coeur ) ont pratiquement disparu de la pluspart de ces  yoga .

 

Le yoga contemporain peut se pratiquer seul mais se pratique le plus souvent en groupe avec un instructeur, un professeur et pour certains un guru. La pratique se fait theoriquement dans l'effort, la persévérance, le désir d'apprendre, la bienveillance, la satisfaction, la joie, mais les question de la souffrance, de la performannce de l’ascétisme ou de l' hédonisme   sont certes peu mentionnées mais restent  bien presentent dans plusieurs formes de yoga posturaux contemporains.  La pratique du yoga est souvent associée à une vie et une alimentation saines parfois à un régime végétarien, très rarement au respect à la lettre des règles morales ( yama et niyama ) exigeantes, traditionnelles et quasi monacales du yoga de Patanjali.

 

Le yoga contemporain est en plein renouveau avec une multiplication des types de pratique et des écoles, presque exclusivement dérivées du Hatha Yoga le yoga de la force, d'origine tantrique qui a émergé au moyen âge avec les natha-yogi, a connu un renouveau spectaculaire avec l'école de Tirumalai Krishnamacharya (1888-1989) ouverte en 1924 et a récemment donné naissance à toute une gamme de yogas contemporains comme les yoga Ashtânga, Vinyasa, Intégral, Nidra, Hatha, Natha,  Kundalini, Lassa, Viniyoga, Iyengar, Sivananda, Eva Ruspoll, Van Lysebeth, etc…

 

Devant cette palette de yogas chacun peut choisir le yoga qui répond le mieux à ses objectifs personnels allant de l'exercice physique à la maîtrise du stress, du bien-être au maintien en bonne santé et aux thérapies, de la relaxation à la concentration, de la méditation  à la spiritualité.  La majorité des yoga contemporains se pratique dans des cadres laïques, rationnels et raisonnables. La plupart des professeurs de yoga sont aujourd’hui titulaires d'un ou de plusieurs diplômes sanctionnant des études et de la pratique. Les enseignants de yoga commencent à s'engager sur le respect de principes déontologiques. Les élèves de leur côté engagent leur responsabilité personnelle dans la pratique du yoga.

  

L'organisation du yoga s'est occidentalisée devenant mondiale et commerciale avec des écoles, des cours, des formations, des stages, des rassemblements, des compétitions, des thérapies, du matériel, de la musique, des livres, des vidéos, de la nourriture, des boissons, des vêtements, des styles, des marques, un bizness, un esprit, estampillés "yoga". Il existe ainsi des dérives du yoga: compétition, contorsionnisme, exhibitionisme, dérives sectaires, sur-exploitation commerciale, instrumentalisation nationaliste.

 

Le yoga est une source de bienfaits reconnus: améliorer sa souplesse, maîtriser sa respiration, améliorer son tonus musculaire, maîtriser son stress, développer et canaliser son énergie personnelle, augmenter ses capacités, se maintenir en bonne santé, accompagner des thérapies lourdes, se libérer de l'ego, apprendre le détachement et la bienveillance, comprendre l'illusion du réel, élargir sa conscience, découvrir la spiritualité sont les bénéfices les plus cités de la pratique du yoga.

 

 

En 2017 on estimait le nombre de pratiquants de yoga à trois cents millions dans le monde, à quarante millions aux États-Unis et à près de trois millions en France. La pratique du yoga est en pleine expansion avec une croissance exceptionnelle estimée à cent quatre vingt pour cent entre 2012 et 2016. Le marché mondial du yoga représentait déjà quatre vingt milliards de dollars en 2015. Le yoga se répand dans des secteurs nouveaux comme les soins hospitaliers, les entreprises, les écoles, les clubs de sport, les collectivités, les médias, les réseaux sociaux, la politique.

 

 

Les multiples définitions du yoga

Les multiples définitions du yoga que l'on trouve dans la littérature traditionnelle,  scientifique ou spécialisée  restent partielles et fortement influencées par l'expérience personnelle et les conceptions scientifiques, épistémologiques,  philosophiques, religieuses ( ou laïques  ) et politiques de leurs auteurs. En tous cas elles ne parviennent pas à couvrir de façon précise, cohérente et exhaustive les différents yogas, loin s'en faut.

 

L' objectif du yoga serait la délivrance de la souffrance par "l'unification" de l'être humain dans ses aspects corporels, psychiques et spirituels ainsi que dans sa relation au reste du monde.

 

Le yoga s'affirme aujourd’hui au niveau mondial sous la forme de pratiques de développement individuel basées sur des techniques psycho-corporelles, sous-tendues par différentes philosophies visant la délivrance de la souffrance."

La difficile recherche de principes communs aux yogas

On trouve  néanmoins dans la littérature des tentatives d'identification de traits communs à diverses formes de yoga comme....

References

Références

 

 

 

(1) Raphaêl Voix Ethnologue, chargé de recherche au CNRS,

 

 

 

(2) Le Yoga: origine et histoire. Bernard Sergent chercheur CNRS. Décembre 2002 Copyright Clio 2019

 

 

 

(3) Le Yoga. Immortalité et liberté Mircea Eliade Payot paris Nouvelle édition 1991

 

 

 

(4) Yoga. Tara Michaêl Seuil Paris 1995

 

 

 

(5) Le Veda Jean Varenne. Mai 2000 Essai ( ISBN 2866810104 )

 

 

 

(6) YOGA-SUTRAS Patanjali. Albin Michel 1991 traduction du sanskrit et commentaires par Fançoise Mazet

 

 

 

(7) Upanishads F. Max-Muller, Suren Navlakha. Éd. Wordsworth Éditions, 2000, page IX. (ISBN 9781840221022)

 

 

 

(8) The Deeper Dimension of Yoga Georg Feuerstein. Shambhala Publications Boston & London 2003