Yoga la définition du jour

 « Le yoga, c’est une espèce d’exploration des processus de conscience. Ça commence par une exploration des processus  du corps et petit à petit ça travaille l’interface entre le corps et la conscience. » Emmanuel Carrère écrivain français pratiquant de yoga style Iyengar ( Entretien avec E. Carrère par N. Azoulai France Culture 21 juillet 2018 )

 

Le phénomène yoga

Loïc Le Toumelin 09/2022

 

 

Les chiffres sont incertains et rarement mis à jour mais ils augmentent. On estime, en 2018, le nombre d’individus qui pratiquent le yoga à deux cent cinquante à trois cents millions dans le monde, à vingt  à quarante millions aux Etats Unis, à trois millions en France. Le yoga est présent sur tous les continents. De plus en plus de contemporains modifient leurs comportements individuels et leur mode de vie "dans l'esprit du yoga". Le yoga est devenu un marché mondial qui représente des milliards de dollars. Le yoga s'est introduit à l'école, à l’université, à l’hôpital, dans les entreprises, dans le sport, chez les militaires.  Il déploie un pouvoir d'influence global sans cesse croissant dans les domaines médicaux, commerciaux et politiques. Il donne lieu à des batailles juridiques à propos de propriété intellectuelle.  En 2014, l'ONU a décrété le 21 juin « Journée internationale du yoga ». Le yoga fait aussi l'objet de diverses critiques portant principalement sur son exploitation commerciale, sur les dévoiements sectaires et sur son instrumentalisation nationaliste.

 

Qu’est-ce que le yoga aujourd’hui ?

Pour la plupart de nos contemporains le yoga se résume à des étirements et à des postures plus ou moins acrobatiques, permettant de se maintenir en forme, voire de soigner certains maux. Les nouveaux pratiquants du yoga découvrent une discipline plus complète où les postures sont associées à d’autres techniques dont les exercices de respiration et la méditation. Une pratique régulière fait découvrir la dimension psychologique du yoga qui aide à devenir plus calme à se sentir mieux, moins stressé voire moins déprimé.

Les postures qui se diversifient et s’enrichissent de façon accélérée depuis environ un siècle dominent les pratiques contemporaines du yoga.  

Ces pratiques s’appuient sur des substrats doctrinaux où l’on trouve à la fois des traditions d’ordre religieux, métaphysique, moral, ésotérique et des conceptions scientifiques modernes, un curieux mélange que transmettent les écoles de yoga et les ouvrages sur le yoga.

Les traditions du yoga font référence à de textes anciens renvoient à des modes de pensée, à des valeurs et à des modèles de comportement difficiles à mettre en cohérence avec la pensée rationnelle moderne et les modes de vie contemporains. Elles se contredisent parfois entre elles. Elles restent timides dans leurs évolutions et s’enorgueillissent pour beaucoup de rester fidèles à des origines supposées d’autant plus importantes qu’elles sont plus anciennes.

Le yoga est double. Au-delà de la discipline à laquelle on l’identifie à première vue il désigne aussi « l’état de yoga » un état libéré dont l'obtention est le but des pratiques. Les diverses doctrines partagent cet objectif commun du yoga qui est de l'ordre de la libération, du détachement de la souffrance, de l’unité, de l'éveil, de l’illumination, de l’harmonie avec le cosmos.

Comme le développement personnel et la psychanalyse, le yoga s’appuie sur le principe général que l'être humain peut par des techniques psychocorporelles développer ses capacités et gagner en liberté en se débarrassant d'automatismes d'action et de pensée générateurs de souffrance.

Même dans ses formes les plus modernes, les plus occidentalisées, les plus laïques le yoga propose une possibilité de spiritualité quand son objectif vise l’illumination, l’éveil, la libération, l’unité avec le cosmos. Il ouvre la porte d’une transcendance areligieuse pour tous ceux qui en manque dans une époque profondément matérialiste.

 

Le yoga ()

De façon très générale le yoga (sans majuscule) se ramène à des techniques corporelles et mentales que l’on utilise pour atteindre certains objectifs (D Gordon White).

Plus précisément le yoga tente de se définir comme une discipline commune à plusieurs époques et courants, basée sur des pratiques psychocorporelles  de méditation, d'ascèse, de postures, de contrôle du souffle etc. dont le but est de progresser vers « l’état de yoga » un état libéré qui selon les doctrines consiste à réaliser l'unification de l'être humain dans ses aspects physique, psychique et spirituel (tradition tantrique non dualiste du hatha yoga), l'apaisement du mental  la conscience pure, le détachement de la matière (selon la philosophie dualiste du Samkya Yoga formulée par Patanjali), l'union entre le soi individuel et le soi suprême (selon l’ advaïta Vedanta non-dualiste), l'habileté dans l'action (selon la Bhagavadgita), à obtenir des pouvoirs extraordinaires, à atteindre un état sans souffrance etc.

Dans cette tentative de définition le mot yoga confirme sa dualité : signifiant vague ineffable quasi impossible à appréhender et à définir (l’état de yoga, le nirvana, etc.) et signifié riche des nombreuses significations symboliques de la discipline à travers les âges et les cultures.

 

 

 

 

Qu'est ce que le yoga

caractéristiques  du yoga

 

ascétisme

 

Les formes les plus anciennes du yoga impliquaient un ascétisme un renoncement au monde associé à une recherche intérieure silencieuse et ardente.Plusieurs traditions du yoga perpétuent des formes d’ascétisme.

 

 

Plusieurs traditions du yoga perpétuent des formes d’ascétisme.

 

La pratique du yoga contemporain est souvent associée à une vie et une alimentation saines parfois à un régime végétarien. Certaines pratiques de yoga impliquent  un effort long et  intense passant parfois par la douleur.

 

Les pratiques contemporaines ne respectent guère les règles morales ( yama et niyama ) quasi monacales du yoga de Patanjali.

 

 

méditation

 

Le yoga classique s'est concentré sur les techniques méditation conduisant à l' extase. 

 

postures

 

Le yoga s'est ensuite modernisé  démocratisé répandu dans le monde. Le yoga contemporain est dominé par les postures. Il regroupe un grand nombre de yogas posturaux qui ont adapté les techniques de hatha yoga médiéval indien et y ont incorporé des techniques venues d'autres domaines et d'autres régions. 

La plupart des écoles de yoga promeuvent une approche holistique avec des dimensions souvent qualifiées de "physique", "mentales", "spirituelles" que l'on pourrait plus précisément  ranger dans les catégories  corporelles et psychologiques.

Certains yogas s'adressent à des groupes particuliers:  personnes âgées, femmes enceintes, sportifs, personnes en rééducation ou suivant des traitements médicaux lourds, etc.

 

Yoga et religions

 

La majorité des yogas contemporains n'implique ni n'interdit aucune appartenance religieuse,aucune croyance. Pourtant les traductions et les commentaires modernes de textes sanskrit contiennent souvent des termes et des concepts religieux avec des mentions au divin au surnaturel à la transcendance qui pour certains auteurs (cf Andrey Safronov) ont tout simplement ete rajoutées au fil des traductions et des interprétations.

 

Il subsiste cependant quelques yogas confessionnels basés sur des croyances  et sur une initiation,  secrète dans certains cas. Ces formes de yoga confessionnels associent souvent  le culte d'un guru ou d'une lignée avec des pratiques de Hatha Yoga moderne.

 

 Objectif du yoga

 

Depuis ses origines, le yoga ne désigne pas que ses pratiques il désigne aussi  son objectif.  De fait, malgré leur diversité  les différents types de  yoga se réfèrent à un même objectif: la délivrance des souffrances humaines.  On pourrait atteindre cette délivrance  par diverses voies par diverses formes de yoga, par differents moyens  d harmoniser  conscience et manifestations perçues.

 

Les yogas modernes affichent d'autres objectifs plus precis et plus particuliers: la beauté,  la ligne,  la souplesse,  la forme, a force musculaire, le maintien en forme, le bien-être, la maîtrise du stress, les effets  thérapeutiques, la santé, la longévité, les états de conscience modifiés, l'augmentation des capacités, 

 

Doctrines

 

Dans les  conceptions de l'Inde ancienne,  il s'agissait  d'unir l' âme du  pratiquant de yoga  à l'âme universelle  qui a pu être identifiée au dieu Brahma  à l'être cosmique Purusha ou à d'autres représentations comme Shiva ou Vishnou. Dans la plupart des traditions le yoga ré-unit ce qui est dispersé dans la création: l'esprit Purusha et les manifestations  de la nature  PrakrithiShiva  la conscience et Shakti  l'énergie,  Ram  la vérité  et Sita l'énergie. Les yoga sutra  de Patanjali constituent une exception dualiste: on n'y visait pas l'union mais  on cherchait au contraire à libérer l'esprit, à l'extraire de la matière.

 

Dans les deux cas le pratiquant de yoga cherchait à se délivrer des souffrances humaines. Dans la  pensée indienne, cela consistait avant tout à se libérer définitivement  du cycle des réincarnations.  Dans l'interprétation contemporaine la délivrance de la souffrance  passe par  l'harmonisation de l'être humain dans ses aspects corporels, psychiques et spirituels ainsi que dans sa relation au reste du monde.  On progressera alors vers la libération,  par une démarche visant à rétablir l'harmonie corps-esprit  et/ou par un effort pour reconnecter l'esprit individuel à son essence  universelle.

 

Les rituels du yoga védique se basaient sur des conceptions philosophiques et religieuses surtout polythéistes mais pour certaines ( en fin d'époque védique ) monothéistes ou même non-dualistes. Avec le développement de son arsenal de techniques physiques et mentales le yoga s'est retrouvé associè à une métaphysique non-dualiste décrite dans les Upanishads (3). Toutes les écoles de pensée du yoga Indien reposent sur cette idée de non-dualité à l'exception unique mais importante de l' école du yoga classique de Patanjali qui enseignait une métaphysique dualiste avec deux principes irréconciliables d'une part l' esprit ou le Soi ( purusha ) et d'autre part la nature ou le cosmos ( prakriti ). Pour Patanjali l'objet du yoga était de soustraire l'esprit à son engagement dans les manifestations de la nature.

 

Les différentes philosophies du yoga partagent le principe que l'être humain peut développer ses capacités, se débarrasser d'automatismes d'action et de pensée, se libérer d'états générateurs de souffrance ( dukha ) pour progresser vers cet état de yoga où sa conscience est en harmonie avec les manifestations qu'il perçoit, où il fait un avec la vie en acceptant sans souffrir que tout change et se modifie (2). Le but ultime du yoga n'est pas simplement un état de conscience modifié fut ce un etat dabsorption ou dextase (samadhi) : le but ultime du yoga c'est la libération la liberté kaïlvalya (4).

 

 

 

Pratiquer

 

Tous les yogas ont avant tout en commun le fait qu'il faut les pratiquer: sans une pratique il n'y a pas de yoga. Les pratiquants de yoga  privilégient de fait leur expérience personnelle du yoga par rapport aux  principes  philosophiques.

 

 Les techniques mises en œuvre  sont aussi très diverses:  les étirements, les postures, les enchainements dynamiques, les exercices respiratoires, les mantra, les mudra,  les   la concentration, l'écoute intérieure, la relaxation, la méditation, la contemplation, etc...  

 

valeurs

Dans les valeurs et les pratiques souvent associées au yoga on trouve à la fois la bienveillance, la compassion, l'action désintéressée, la volonté d'apprendre et de transmettre, la non-violence mais aussi les affrontements guerriers, l'ascétisme mais aussi l'amour de la  vie, le respect de la nature, le végétarisme   mais aussi la consommation rituelle de cannabis et d'alcool. Une face plus obscure mais non moins réelle du yoga révèle de la recherche  de profit à tout prix,  des abus de pouvoir, du sectarisme, de  l'instrumentalisation politique  et du nationalisme.

 

evolutions

 

Depuis la fin du XXe siècle le mot yoga qualifie aussi un business mondial des postures et de la méditation,  des activités connexes et un puissant pouvoir d'influence,  basés  sur des écoles, des cours, des formations de professeurs, des stages, des rassemblements, des compétitions, des thérapies, du matériel, de la musique, des livres, des vidéos, de la nourriture, des boissons, des vêtements, des styles, des marques, un secteur économique, une journée mondiale,  un ministère indien,  un esprit tous estampillés Yoga.

 

 

Yoga suite

References Notes

Références

 

 

 

 (2) Panini: grammerien qui vecut entre le VIIe et le III e siecle

 

(1) Raphaêl Voix Ethnologue, chargé de recherche au CNRS

 

(2) Le Yoga: origine et histoire. Bernard Sergent chercheur CNRS. Décembre 2002 Copyright Clio 2019

 

 

 

(3) Le Yoga. Immortalité et liberté Mircea Eliade Payot paris Nouvelle édition 1991

 

 

 

(4) Yoga. Tara Michaêl Seuil Paris 1995

 

 

 

(5) Le Veda Jean Varenne. Mai 2000 Essai ( ISBN 2866810104 )

 

 

 

(6) YOGA-SUTRAS Patanjali. Albin Michel 1991 traduction du sanskrit et commentaires par Fançoise Mazet

 

 

 

(7) Upanishads F. Max-Muller, Suren Navlakha. Éd. Wordsworth Éditions, 2000, page IX. (ISBN 9781840221022)

 

 

 

(8) The Deeper Dimension of Yoga Georg Feuerstein. Shambhala Publications Boston & London 2003

 

 (9) Graham Schweig 2007

 

 

Sémantique

 

Le mot yoga contraction de  yauga est un substantif formé à partir de la racine sanskrite yuj. Ce radical  yuj  devenu yog provient de la racine indo-européenne yeug  qui a gardé le sens de  joug  dans les langues indo-européennes filles (hittite, latin, persan).  La racine yuj signifie lier atteler unir ou encore reposer arrêter (Panini).

Le mot sanskrit yoga a aussi d'autres sens que citent plusieurs auteurs. Banerji mentionne: méthode pour dresser les chevaux, mode d'emploi technique, fixer l'esprit; il indique aussi que le terme yoga peut aussi être synonyme d'action désintéressée, d'acquisition du savoir véritable, d' indifférence au plaisir ou à la souffrance, d'addition (en arithmétique) ou de conjonction  (en astronomie ). Iyengar mentionne: diriger et concentrer son attention, utiliser et mettre en pratique, union ou communion    

 

méthode ou façon de faire, profit ou richesse, astuce ou artifice, entreprise ou affaire, adéquation, zèle ou magie  le fait de réunir ou de classer, 

fixer l'esprit,  utiliser et mettre en action.

le fait de reunir ou de classer

Il peut aussi être synonyme d'action désintéressée, d'acquisition du savoir véritable, d' indifférence au plaisir ou à la souffrance, d'addition (en  arithmétique ) ou de conjonction  (en  astronomie ) (X, Banerji).

 

Definitions

 

La première définition du yoga se trouve dans la Katha Upanishad :  " quand le contrôle des sens est réglé, c'est le yoga ", " une personne est alors libre de toute distraction"

 

 

Le but du yoga serait  un état d'harmonie avec les manifestations que l'on perçoit, de faire un avec la vie en acceptant sans souffrir que tout change et se modifie ( Patanjali traduction F Mazet)). 

 

"C'est une discipline ou pratique commune à plusieurs époques et courants, visant, par la méditation, l'ascèse et les exercices corporels, à réaliser l'unification de l'être humain dans ses aspects physique, psychique et spirituel". ( Wikipedia)

 

 

Il peut aussi être question  de "mise au repos" pour définir le yoga comme l’arrêt des perturbations du mental ( yogashschittavrittinirodhah ) selon le second aphorisme des Yoga Sutra de Patanjali (Maset ) reprises par bien des écoles contemporaines (2).

 

 

Yoga contemporain

Les pratiques contemporaines du yoga reposent essentiellement sur le Hatha Yoga . Elles sont basées avant tout sur les postures ( asanas ) auxquelles elles associent plus ou moins selon les écoles des exercices de respiration,  de la concentration  de la méditation et d'autres techniques.  L 'approche d'états de conscience modifiés ( extase samadhi  )  est  à l'agenda de plusieurs formes  de yoga contemporains (tantra, kundalini, natha, hatha, nidra, ashtanga ...) alors que la recherche de pouvoirs extra-ordinaires ( marcher sur le feu, ralentir ou même arrêter son cœur ) ont pratiquement disparu .

 

Le yoga contemporain peut se pratiquer seul mais se pratique le plus souvent en groupe avec un instructeur, un professeur et pour certains un guru. La pratique se fait théoriquement dans l'effort, la persévérance, le désir d'apprendre, la bienveillance, la satisfaction, la joie, mais les question de la souffrance, des blessures, de la performance, de l’ascétisme d'une forme de stoïcisme ou d'hédonisme  sont certes peu mentionnées mais restent  bien présentes dans plusieurs formes de yoga posturaux contemporains. 

 

Devant la palette de yogas contemporains chacun peut composer un ou plusieurs  yogas  qui répondent  le mieux à ses objectifs personnels allant de l'exercice physique à la maîtrise du stress, du bien-être au maintien en bonne santé et aux thérapies, de la relaxation à la concentration, de la méditation à la spiritualité. 

 

La majorité des yoga contemporains se pratique dans des cadres laïques, rationnels et raisonnables. La plupart des professeurs de yoga sont aujourd’hui titulaires d'un ou de plusieurs diplômes sanctionnant des études et de la pratique. Ils  s'engagent sur le respect de principes déontologiques. Les élèves de leur côté engagent leur responsabilité personnelle dans la pratique du yoga.

 

L'organisation du yoga s'est occidentalisée devenant mondiale et commerciale avec des écoles, des cours, des formations, des stages, des rassemblements, des compétitions, des thérapies, du matériel, de la musique, des livres, des vidéos, de la nourriture, des boissons, des vêtements, des styles, des marques, un marché, un esprit, estampillés "yoga". Il existe ainsi des excès de dérives et des abus dans l'univers du yoga : fatigue, blessures, compétition, contorsionnisme, exhibitionnisme, mode, dérives sectaires, sur-exploitation commerciale, instrumentalisation nationaliste.

 

Le yoga est vendu en tant que source de bienfaits : améliorer sa souplesse, maîtriser sa respiration, améliorer son tonus musculaire, maîtriser son stress, développer et canaliser son énergie personnelle, augmenter ses capacités, se maintenir en bonne santé, accompagner des thérapies lourdes, se libérer de l'ego, apprendre le détachement et la bienveillance, comprendre l'illusion du réel, élargir sa conscience, découvrir la spiritualité sont les objectifs  objectifs  les plus cités par les pratiquants et les enseignants . Le yoga se prétend non violent et inoffensif. En réalité certaines pratiques sont source de souffrance et les risques de fatigue ou de blessure existent comme dans les autres  pratiques gymniques.

 

Philosophies, pratiques  et  activités connexe  constituent  le réseau ( le web )  mondial du yoga contemporain. En 2017 on estimait le nombre de pratiquants de yoga à trois cents millions dans le monde, à quarante millions aux États-Unis et à près de trois millions en France. La pratique du yoga est en pleine expansion avec une croissance exceptionnelle estimée à cent quatre vingt pour cent entre 2012 et 2016. Le marché mondial du yoga représentait déjà quatre vingt milliards de dollars en 2015. Le yoga se répand dans des secteurs nouveaux comme les soins hospitaliers, les entreprises, les écoles, les clubs de sport, les collectivités, les médias, les réseaux sociaux, la politique.

 

Face a cette diversité des pratiques et des philosophies, les acteurs du monde du yoga cherchent de façon plus ou moins revendiquée à mettre en avant  un esprit du yoga qui serait à la fois l'héritier des traditions  et qui saurait  s'adapter aux besoins de la société contemporaine.  Le yoga  pourrait-t-il se caractériser plus  par  la façon dont on le pratique, par l'expérience que l' on en  fait, plutôt  que par  la pratique elle même ?