Le développement des yoga contemporains

Vivekananda marque une rupture dans l’histoire du yoga, car il est le premier à avoir amené en Occident cet art millénaire du yoga ; son impact a été considérable.

 

 

 

Narendranath Dutta est né à Calcutta en 1863, d’une famille aisée : son père était juriste et philosophe et sa mère, très religieuse, lui a fait connaître très tôt les textes sacrés de l’Inde.

 

Il a été un élève puis étudiant brillant.

 

La question de Dieu était sa principale préoccupation et, vers 20 ans, il a adhéré à la « Société de Dieu » où des intellectuels discutaient de l’avenir des religions et de la réforme de l’hindouisme.

 

 

C’est à 17 ans qu’il a rencontré celui qui allait être son guru,Ramakrishna,

 

un mystique entouré de disciples. Il est alors devenu samnyasin (renonçant) dans son ashram. 

 

Il y prend le nom de Vivekananda : « viveka » veut dire « discernement » et « ananda » « béatitude ».

 

Quelque temps avant de mourir, Ramakrishna et lui ont eu une longue rencontre, au cours de laquelle tous deux auraient vécu une extase ; après cette rencontre, son maître l’a désigné comme son successeur.

 

Après la mort de Ramakrishna, il prend alors la direction de l’ashram ; le 25 décembre 1887, dans la nuit de Noël, il fonde « L’ordre de Ramakrishna » marquant par là son étroite parenté avec la religion chrétienne.

 

Dans les années qui ont suivi, il a alors vécu la vie d’un moine errant et mendiant, un saddhu, en traversant toute l’Inde. Il possédait en tout et pour tout un kamandalu (pot à eau) et deux ouvrages : la Bhagavad Gita et l’Imitation de Jésus-Christ. 

 

Cette étape de sa vie, en même temps qu’elle a augmenté sa conscience spirituelle, a augmenté aussi aussi sa conscience de la misère sociale.  Il en a tiré plusieurs conclusions : 

 

  • nul ne peut épanouir sa puissance spirituelle s’il vit dans une misère matérielle. Il faut donc travailler à l’élévation sociale du peuple, par l’éducation.
  • la prospérité matérielle, qui est la grande force de l’Occident, n’est une véritable prospérité que si elle est subordonnée à la prospérité spirituelle. Il faut donc travailler à l’élévation spirituelle de toute l’humanité.

 

Paradoxalement, c’est donc cette marche à travers l’Inde qui lui a donné envie de propager les enseignements du yoga en Occident. En 1893, avec l’aide financière d’un de ses disciples, il s’est rendu à Chicago à l’occasion de l’exposition universelle :  il est intervenu à plusieurs reprises lors du Parlement des religions et son impact a été considérable. Lors de son discours d’introduction sur l’hindouisme le 11 septembre 1893, le public composé de 7000 personnes lui a fait une standing ovation.

Il a alors commencé à donner des conférences aux États Unis et de nombreux disciples l’ont rejoint. 

 

Il a ensuite fait un tour du monde pour diffuser l’enseignement de Râmakrishna. 

 

Son retour en Inde a été triomphal. 

 

Il a créé la « Râmakrishna Mission » dans divers pays, et est retourné en Occident en 1899.

 

La biographie de Nikhilananda décrit comment Vivekananda n’avait éprouvé aucun mauvais ressentiment à être pris pour un Noir par les Américains. 

 

En effet, il lui arrivait souvent, lors de ses voyages dans les états du sud-ouest américain, de se voir refuser l’entrée dans un hôtel, un restaurant ou chez un coiffeur à cause de la couleur sombre de sa peau. Alors que le Swami racontait ces anecdotes à l’un de ses disciples, ce dernier lui avait demandé pourquoi il ne leur répondait pas tout simplement qu’il n’était pas Noir mais Hindou. Vivekananda, indigné, avait rétorqué : « Comment ? M’élever aux dépens d’un autre ? Je ne suis pas venu sur Terre pour cela ! ».

 

Il est mort à l’âge de trente-neuf ans le 4 juillet 1902

 

Une de ses disciples les plus proches est la mystique allemande Christina Greenstidel, (1866-1930) plus connue comme Sœur Christine.

 

 

Tirumalaï Krishnamacharya (1888 – 1989)  est considéré comme le père du renouveau du yoga à partir de son école de Mysore qu'il a ouverte en 1924. Il est à l'origine du Hatha Yoga contemporain et de ses multiples dérivés composant la constellation des yoga posturaux moderne. C 'est lui le principal "passeur" qui a permis le "passage" du yoga du passé au monde contemporain.

 

Indien professeur de yoga, médecin ayurvédique, universitaire, homme d'une grande érudition, il fut le professeur de yoga du Maharaja de Mysore entre 1928 et 1950. Il fut l'élève de Rama Mohana Brahmachari qui enseignait le yoga dans l'Himalaya près de Manasa Sarovar au Tibet .

 

Krishnamacharya compte parmi ses élèves les yogi les plus influents du XXe siècle. Son fils T.K.V. Desikachar né en 1938 est à l'origine du Viniyoga. Son beau-frère B.K.S. Iyengar (né le 14 décembre 1918 à Bellur en Inde et mort le 20 août 20141 à Pune en Inde) est l'auteur de multiples ouvrages dont l'ouvrage de référence "Lumière sur le yoga" et il est le créateur du Yoga Iyengar. Parmi les élèves de Krishnamacharya il faut aussi citer Indra Devi (1900-2002), A. G. Mohan né en 1945 et Sri K. Pattabhi Jois (26 Juillet 1915 – 18 Mai 2009) à l'origine du Yoga Ashtânga.

 

Avec Krishnamacharya et à sa suite, les aspects corporels du yoga (asana et vinyasa) se sont transformés, enrichis sous l'influence des méthodes de gymnastique et de culturisme empruntées à la Suède, au Danemark au Royaume Uni et à d'autres pays occidentaux.

 

Depuis la fin du XXe siècles le yoga moderne intègre aussi des connaissances scientifiques notamment sur la santé et sur le psychisme. Les effets du yoga commencent aujourd'hui à être validés par la médecine et la psychologie modernes et le yoga s'intègre peu à peu à la culture occidentale. Ainsi par exemple, en établissant des liens entre les concepts traditionnels du yoga et leurs origines anatomiques, Leslie Kaminoff a pu valider bien des recommandations traditionnelles mais aussi mettre en lumière certaines erreurs et certains mythes qui perduraient.

 

Quoique les philosophies du yoga soient mêlées aux traditions religieuses notamment Indousistes Boudhistes Jaïnistes, dans la grande majorité des écoles contemporaines, la pratique du yoga ne présuppose, ni n'impose, ni n'interdit aucune option religieuse ou même philosophique. Elle est le plus souvent devenue laïque. Des yoga "confessionnels" modernes existent cependant. Ils sont basés sur une initiation spirituelle parfois secrète et sont associés à certaines croyances. Le plus souvent ces formes de yoga associent le culte d'un guru ou d'une lignée avec des pratiques de Hatha Yoga moderne: Shida Yoga de Swami Muktananda,  Sahaja Yoga de Sri Mataji, etc.

La constellation des yoga posturaux  contemporains

Depuis les années 60 et sa diffusion à grande échelle le yoga connait une grande diversités de formes de pratique et d'appellations  souvent liées à leur fondateur: le Yoga Iyengar de BKS Iyengar (1918-2014), l'Ashtanga Yoga de K Pattabi Joïs (1915-2009) et ses nombreux dérivés récents (Vinyasa yoga, Flow yoga, Yin yoga). L'appellation est  parfois déposée comme une marque commerciale (Bikram yoga).

 

D'autres formes de yoga se réfèrent à la clientèle visée: Kids yoga, Senior Yoga, Fertility Yoga, Naked Yoga,  Golf Yoga, Taxi Yoga,  Yoga prénatal, Yoga post natal, etc....

 

Enfin d'autres formes de yoga essaient de proposer des variantes: Fly yoga, Street yoga, Transe yoga, Acro yoga, etc.

 

La plupart des yoga contemporains font partie de de la constellation des yogas posturaux modernes dont  Raphaël Voix journaliste spécialiste du yoga résume les origines admises par les chercheurs :  "Tous les yogas posturaux modernes  trouvent leur source principale dans le Hatha Yoga médiéval indien et un ensemble de courants ésotériques et de mouvements de culture physique occidentaux".

Quelques yoga posturaux contemporains

Le Hot Yoga est une discipline très dynamique composée de 26 postures de Hatha  Yoga pratiquées à 40 degrés. La température élevée provoque un important travail cardiovasculaire, une augmentation de la tension artérielle un assouplissement des muscles et des tendons  et une élimination des toxines.

Le Power Yoga  est un yoga californien dynamique assez proche du Vinyasa et du fitness. On y retrouve des techniques de respiration propres au yoga avec des postures statiques ou dynamiques. Cette pratique en musique convient aux élèves en bonne condition physique soucieux de gainer leur silhouette.

L' Ashtânga Yoga: enchaînement dynamique de séries de postures dans un ordre précis rythmé par une respiration intense dite Ujjayi avec un aspect répétitif donnant un caractère méditatif à la pratique.  Ce serait  la Yoga Kurunta un traité pratique de Vinyasa Yoga que lui aurait transmis  Krishnamacharia au début du XX ième siècle ainsi que la référence pour la  pratique  au  traité philosophique des Yoga Sutra de Patanjali, qui auraient servi de base à Patabi Joïs  pour la création de l' Ashtânga Vinyasa Yoga,  dénommé maintenant  Yoga Ashtânga. Son système est basé sur six séries séquentielles d’asana de difficulté croissante.  Initialement destiné à de jeunes hommes le yoga Ashtânga est parmi les plus intenses et les plus acrobatiques.

Plus sur l' ASHTANGA YOGA


Le Vinyasa Yoga: initialement le Vinyasa yoga était le yoga décrit dans la Yoga Kurunta. De nos jours le Vinyasa Yoga, connu aussi sous le nom de Hatha Flow, consiste à enchaîner les postures de manière fluide en étant guidé par sa respiration. Il est issu de l’Ashtanga Yoga, mais il est plus libre et créatif, car il n’impose pas des séries de postures dans un ordre précis. Il suppose d’avoir envie de se dépenser et de transpirer, car le rythme st soutenu. Il développe la force et l'endurance.

Le Jivamukti Yoga: Créé en 1980,  inspiré par l'Ashtânga avec des aspects artistiques et spirituels plus prononcés, des enchaînements de postures en musique, et des exercices de respiration en début de cours.

Le Prana Vinyasa ou Prana Flow: proche de la danse, avec des enchaînement de postures dynamiques en musique avec des postures de difficulté croissante permettant aux débutants et aux plus expérimentés de pratiquer ensemble.


Le Hatha yoga traditionnel: on y retrouve  la méditation, le pranayama et l'exécution de postures. Les postures sont très nombreuses,  surtout statiques (et quelque Hatha yoga intègrent aussi le Kundalini  yoga et le Vini yoga

 

L' Iyengar yoga: du nom de son concepteur indien B.K.S Iyengar décédé en 2014, ce yoga est exigeant, difficile, très précis dans l’alignement des différentes parties du corps. Il est bien adapté aux occidentaux qui n’ont pas la même souplesse que les yogi traditionnels Indiens et ont souvent un ego assez développé. Il emploie des supports (sangles, briques, couvertures, cordes…) qui facilitent la prise des postures en visant  leur perfection . Le professeur  laisse le temps à ses élèves de rester dans les postures afin d’accéder à un état méditatif. Le Yoga  Iyengar incorpore  le Kundalini yoga et le Yin yoga. Il a l’avantage de corriger les mauvaises habitudes de placements, il améliore la souplesse et l’endurance.

Le(s) Yoga Intégral:

 

Sri Aurobindo  a publié sous le nom de Yoga intégral une version de yoga de l'amour mystique et spiritualiste  dans le journal Arya pendant les années 1914 à 1921. Sri Aurobindo (1872  - 1950) était un philosophe, poète et écrivain indien,  spiritualiste et mystique. Ce fut un des leaders du mouvement pour l'indépendance de l'Inde. 

 

Le même terme de Yoga Intégral désigne aujourd’hui une forme de Yoga développé par  Swami Satchidananda dans la deuxième partie du XXe siècle.  Swami Satchidananda, est un  maitre spirituel qui exporta le yoga traditionnel indien aux Etats-Unis et en Occident, en l'adaptant aux besoins et à la culture occidentale. C'est un  des pionniers en matière de yoga thérapie; c'est aussi un militant ambassadeur de la paix.

 

Dans le terme "yoga Intégral" le mot intégral  signifie complet, holistique, intégrant toutes les facettes de notre  être et de notre bien-être. Il vise le développement harmonieux de chaque  aspect  de l’être humain (physique, émotionnel, mental, intellectuel et spirituel), l'épanouissement de toutes les possibilités latentes de l’individu. Il vise aussi  à intégrer à unifier ces divers aspects. 

 

Le Yoga intégral est une combinaison de méthode de yoga  traditionnelles. Il combine les différentes composantes   du yoga en vue de l’atteinte d’un  épanouissement complet de toutes les possibilités latentes de l’individu.  Il met en œuvre  des postures asana , des techniques de respiration pranayama, des procédés  de purification kyria , du relâchement profond et de méditation.  Ainsi par extension le terme Yoga Intégral désigne dans les yoga contemporains  les yoga qui incluent dans un même cours des exercices de respiration, des postures, du lâcher prise profond et de la méditation.


Le Sivananda Yoga : un yoga traditionnel immuable une forme de Hatha yoga ou le sacré et les traditions indiennes (dont les mantra) sont à l'honneur: un mantra d' ouverture, deux pranayama, des salutations au soleil et 12 postures enchaînées dans un ordre précis.  Ce yoga fut fondé dans les années 1960 par Swami Vishnudevahanda (1927 - 1993).  Celui-ci était élève de Swami Sivananda, d'où le nom qu'il donna à sa technique. Il a mis en place une école de formation pour les enseignants du Sivananda yoga. Le Sivananda yoga, repose sur des  postures réalisés en douceur,  de la respiration, de la relaxation, un régime alimentaire contrôlé, la pensée positive et la méditation.

 

Le Natha Yoga: ce yoga est semblable au Hatha Yoga traditionnel mais il utilise beaucoup plus le pranayama,  et il met en œuvre les techniques de relaxation du Yoga Nidra, les mudra (gestes), les mantra, les visualisations dans les chakra et la directions du regard (dhristi). Directement relié au tantrisme qui  se réfère à l’union des principes masculin et féminin, il se transmet parfois par initiation. Il requiert un professeur en qui l'on a confiance.


Le Viniyoga: développé par Desikachar le fils de Krishnamacharia. Le yoga Desikachar  aussi connu comme le yoga de Madras  descendrait du  Yoga  Rahasya  datant  du yogi Nathamuni au IXè siècle. Ce serait  son petit fils  Ramanuja grande figure de la tradition vishnouite,  qui aurait développé et enseigné  le Yoga Rahasya. Rahasya signifie secret: en effet selon la légende Ramanuja aurait reçu en songe l'enseignement de ce yoga. Cette tradition s'est transmise de maître à disciple, jusqu'au père de Desikachar, Krishnamacharia.

 

Le Yoga Rahasa  précisant, que c’est la pratique des âsanas et des prânayamas qui doit s’adapter à l’individu et non pas l’individu à la pratique, le Viniyoga se caractérise par une pratique adaptée aux besoins et aux capacités de l’élève,  de son âge, de sa condition physique et psychique et même de la période de l’année et du moment de la journée. Cela peut signifier aller moins loin dans la posture, ou bien changer la position lorsque cela est douloureux, tout en gardant l’axe principal de la posture , et aussi prendre plus de temps dans la posture ou dans l’écoute de l’après-posture.

 

Le Yin Yoga : yoga thérapeutique et relaxant,  intense en sensations. Inspiré par Paulie Zink, professeur d’arts martiaux et de Tao Yoga, Paul Grilley, puis Biff Mithoefer ont développé le Yin Yoga. Le Yin Yoga  est un yoga lent où les poses sont tenues longtemps de deux à six minutes chacune. Elles sont plus simples et moins nombreuses que dans d'autre types de yoga. Au moyen de couvertures, de briques et de polochons, le pratiquant s’installe confortablement dans la posture. Le Yin Yoga vise à cultiver le silence intérieur ; il favorise le lâcher-prise débouchant sur la méditation. C’est un excellent complément à d’autres formes plus actives de yoga. Il est accessible à tous, quelque soit l’expérience en yoga.


Le Kundalini Yoga: mantras, méditation exercices de respiration et postures stimulent l' énergie personnelle  la kundalini  pour activer les chakras et libérer la conscience. Le Kundalini Yoga puise sa source auprès de Swami Vivekananda puis il a été transmis au plus grand nombre par Yogi Bhajan qui démarra son enseignement pendant la période hippie en Californie. La Kundalini désigne une énergie potentielle. Un cours de Kundalini Yoga vise à éveiller cette énergie, à la maîtriser et ainsi faire grandir sa conscience vers la voie de l’éveil. La séance est composée de postures dynamiques à un rythme soutenu, de techniques du souffle et de récitation de mantras. Ce yoga est adapté à des élèves en bonne condition physique. Étant relié au tantrisme qui  se réfère à l’union des principes masculin et féminin, ce yoga  suppose d'avoir toute confiance en la compétence du  professeur.


Le Nidra Yoga ou restorative yoga : développé par  Swami Satyananda Saraswati  dès 1940. Yoga du sommeil visant une relaxation profonde avec des exercices de respiration et de visualisation, un scan du corps en conscience. Le yoga de restauration vise  à apprendre le lâcher prise complet. Un cours de Yoga Nidra démarre par une relaxation guidée par la voix du professeur. Celui-ci demande au pratiquant de prononcer son sankalpa, une phrase courte et affirmative qui correspond à une qualité qu’il souhaite développer. Ce type de yoga améliore le sommeil, une meilleure gestion du stress grâce à un mental plus serein. La sophrologie s’en est beaucoup inspirée.

 

Aanda yoga

 C'est une version douce du Hatha Yoga avec pranayama, postures et méditation. Il comporte un travail sur les énergies subtiles.  Ce yoga est idéal pour une initiation en douceur.

 

Le Kriya Yoga

Le Kriyā Yoga tient une place à part par rapport aux yoga posturaux  en ce sens qu'il enseigne différentes techniques spirituelles et surtout  qu'il prône l’abandon à la volonté divine. Ce concept  le placerait dans la catégorie des yoga religieux confessionnels  mais  les laïques  modernes parlent plûtot d'abandon au sens de la vie d'acceptation des choses que l'on ne peut changer. De fait les techniques de  Kriya yoga sont maintenant pratiquées sans présupposé religieux.

 

Kriya (क्रिया) signifie « action, pratique, travail, rite, cérémonie ». Le kriyā yoga se définit comme la méthode conduisant vers la libération  à l'aide de techniques pratiques utilisant la concentration et l'énergie. Cela implique des actes d'auto-purification, d'auto-analyse et de développement de la prise de conscience de soi . Il existe de nombreuses pratiques de kriyā yoga.  C'est un yoga très ancien. Dans le deuxième chapitre des Yoga Sutra Sadhana Pada sur la pratique d'une discipline spirituelle,  Patanjali décrit deux formes de yoga : kriya yoga (yoga des techniques) et ashtanga yoga  (yoga à huit membres).  Le kriyā yoga  se fait selon trois modalités inséparables : un effort soutenu, la conscience intérieure de soi, et l'abandon à la volonté divine. Le kriyā yoga est pratiqué en vue d'atténuer les causes de souffrance et de permettre l'état  d'Unité absolue (samadhi).  Suivent diverses techniques spirituelles : distinguer impermanent et permanent, arracher le sentiment de son importance, méditer, dissocier celui qui voit de ce qui est vu.

 

Le Kriyā Yoga  originel a été réintroduit en Inde par Lahgiri Mahasaya qui, lui-même, reçut l'initiation par Babaji  Maharaj. Selon ses promoteurs, le Kriyā Yoga accélère l'évolution spirituelle et provoque un état profond de sérénité et de communion avec l' Unité.

Bienfaits des yoga contemporains

La plupart les élèves des cours de yoga contemporains viennent au "yoga" dans le souci d’améliorer leur bien-être parfois leur santé: besoin d’exercice, de gymnastique, difficultés respiratoires, mal de dos, raideur, manque de tonicité, aide prénatale ou postnatale, convalescence, rééducation, accompagnement de chimiothérapies, troubles du sommeil, stress, nervosité, manque de confiance en soi, etc...  Les élèves des cours de yoga  ont  envie de se sentir bien et de se maintenir longtemps en bonne santé en bonne forme. 

Les "yogi" cherchent à mieux se connaitre, à maîtriser leur physique  et leur mental en développant leur potentiels corporels, énergétiques, psychiques et spirituel.

De fait, la pratique de yoga contemporain développe la souplesse, la force, la récupération, l’endurance, l’efficacité respiratoire et cardiovasculaire, les fonctions endocrines et gastro-intestinales, l’immunité, le sommeil, la coordination (vision geste), l’équilibre. Des effets physiologiques ont aussi été démontrés au niveau de l’attention, de la mémoire, de l’humeur, de l’apprentissage, de la douleur. Le yoga diminue l’anxiété, la dépression et l’agressivité.

 

La pratique du yoga est aussi un moyen de faire l’expérience de la non-dualité (advaita). Il permet de dépasser la dualité entre le corps et l’esprit. Ceci est d’une importance considérable dans la société contemporaine ou perdure le dualisme corps esprit et où en prenant partie on risque de sombrer soit dans l’intellectualisme soit dans le culte du corps. Quand on « vit » le corps de façon personnelle il n’y a plus de dualité entre le corps et l’esprit. C’est quand on considère le corps comme un objet que la relation corps-esprit pose problème. Or pour regarder le corps, il n’y a jamais d’esprit sans corps. C’est toujours un corps vivant qui « objective » partie de lui-même.

 

Bien des effets des asana vont au delà du corporel. Citons par exemple, les postures d’équilibre qui font travailler darana la concentration la capacité à fixer toute son attention sur un support extérieur afin de chasser les autres perceptions les autres  pensées involontaires qui font obstacle à la stabilité de l’équilibre et du mental. L’objectif de la posture allongée immobile savasana utilisée pour la relaxation est de reprendre le contrôle sur son mental pour le calmer. Savasana est une posture immobile ou le repos du corps entraine le calme du mental (à condition d'éviter le sommeil qui est une perte de conscience): c’est l’inverse des situations de la vie courante où c’est le corps qui manifeste l’état du mental par des gestes et des expressions des signes de nervosité, des sourires, des grimaces, etc…


La méthode et l’esprit dans lequel on pratique font des postures les asana soit une simple gymnastique soit un apprentissage long et subtil de la connaissance de soi et du développement personnel, soit même selon certains dont BKS Iyengar une véritable méditation.

 

Dans beaucoup de cours de yoga on pratique l’écoute intérieure pratyahara et la méditation dyana. A travers prathyahara l'écoute intérieure on apprend des éléments fondamentaux de yoga telles que le détachement de l’ego,  la connaissance de soi (svadhyaya),  le lâcher prise (isvarapranidhana), la satisfaction le contentement (samtaucha). Avec la méditation (dhyana) où l’on se concentre sur un seul objet extérieur, on est totalement présent dans l'instant (« mindfullness » « pleine conscience » ),  on calme l’agitation et on évite la dispersion du mental.

 

Le yoga moderne fait  l'objet de nombreuses études scientifiques qui attestent des bénéfices qu'il procure dans différentes pathologies. Les diverses formes de yoga moderne permettent de développer ses potentialités corporelles et psychiques, d’obtenir plus de souplesse, de tonicité, de force, une meilleure santé, une plus grande longévité et de devenir  plus calme, plus paisible, plus joyeux, plus optimiste, plus lucide, plus serein et in fine plus libre.